303831[1]

Insaisissables 2 (Now You See Me 2)

Sorti le 27 juillet 2016

2h05

Thriller - Action - Comédie

De Jon M. Chu Avec Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody Harrelson...

Distribué par SND_FdBlanc3

Cimemas_Gaumont_Pathe_(les)_logoUn an après avoir surpassé le FBI et acquis l’admiration du grand public grâce à leurs tours exceptionnels, les 4 Cavaliers reviennent ! 
Pour leur retour sur le devant de la scène, ils vont dénoncer les méthodes peu orthodoxes d’un magnat de la technologie à la tête d’une vaste organisation criminelle.
Ils ignorent que cet homme d’affaires, Walter Marbry, a une longueur d’avance sur eux, et les conduit dans un piège : il veut que les magiciens braquent l’un des systèmes informatiques les plus sécurisés du monde. Pour sortir de ce chantage et déjouer les plans de ce syndicat du crime, ils vont devoir élaborer le braquage le plus spectaculaire jamais conçu.

Insaisissables 2 : Photo Daniel Radcliffe, Dave Franco, Jesse Eisenberg, Lizzy Caplan, Mark Ruffalo

Alors que le premier volet d'Insaisissables de Louis Leterrier avait tout de même était une bonne petite surprise malgré pas mal de défaut en tout genre, la suite n'est pas dans les mains du réalisateur qui a préféré faire le mauvais Grimsby, et à laissé sa place au très mauvais Jon M. Chu.

Autant être honnête dès le départ, ce second volet d'Insaisissables est très loin du premier volet.

Insaisissables 2 : Photo Jesse Eisenberg

Et cela, on le remarquera très rapidement, et même dès le début du film. Alors que l'on pouvait considérer que le premier film avait tout de même une histoire prenante et assez bien ficelée, dans ce second volet, on ne comprend pas réellement pourquoi on n'a pas été en capacité de nous offrir une histoire équivalente.

Car l'histoire manque cruellement d'un petit côté magique qui fait que l'on s'intéresse à ce qu'il y a l'écran. Mais ce n'est pas seulement cela qui fait que le scénario d'Insaisissables 2 ne vaut pas grand-chose, c'est un grand tout.

L'histoire n'est pas réellement recherchée et si l'on est un minimum attentif et que l'on a en tête le premier film, il n'y aura aucunes surprises à attendre de la part d'un film qui est totalement prévisible du début à la fin. Malgré l'accumulation d'effets spéciaux pour réaliser les "tours de magie" au final, on se demande pourquoi des effets spéciaux pour des tours assez moisis et sans aucuns intérêts pour l'histoire. Seul tour intéressant, c'est celui que l'on voit dans la bande annonce avec Jesse Einsenberg, malheureusement on voit ce tour dans la bande annonce mais également en version miniature dans la boutique de magie en Chine. A cela s'ajoute des dialogues assez fades et inutiles, tout comme les petits mots d'humour que l'on nous sort à chaque coin de phrase et qui ne fait rire personne dans la salle.

Insaisissables 2 : Photo Dave Franco, Jesse Eisenberg, Woody Harrelson

Si l'on cherche pire, il y a toujours pire, il suffit de voir du côté du réalisateur. Comment peut-on encore confier des films à Jon M. Chu.? En dehors d'avoir filmé Justin Bieber en concert, il ne fait qu'accumuler les flops, et surtout c'est devenu le professionnel que l'on appelle pour tuer une franchise très rapidement. C'est tout de même lui qui est à l'origine de l'arrêt de G.I Joe et de la mise en place d'un reboot. C'est également lui qui a craché à la figure des fans de Jem et les Hologrammes en promettant une adaptation fidèle, qui au final n'aura de fidèle que le nom de certains personnages. Surtout que dans ce cas, c'est une production Blumhouse avec un budget de 5 millions et pourtant le film à fait 1.3 millions de dollars, donc même pas rentabilisé.

Que ce soit la réalisation ou de la direction des acteurs, c'est totalement inexistant avec Jon M. Chu. Une caméra totalement mal placée, des faux raccords à la pelle (faut surtout pas chercher à les compter parce qu'il y en a énormément, et pas discret en plus), la tremblote du cadreur, une caméra qui suit l'action que difficilement (un ado avec son téléphone portable aurait fait mieux)... en clair, chercher pas un réalisateur dans ce film.

Insaisissables 2 : Photo Lizzy Caplan

Et côté casting, on peut expliquer l'énorme baisse de régime de l'équipe du premier film par le simple fait qu'il n'y a pas de direction des acteurs et qu'on a l'impression qu'ils ne savent pas où ils doivent aller (ce qui explique certains faux raccord). Et également par un manque d'écriture qui fait que les nouveaux personnages n'ont aucunes profondeurs. Mais le plus gros problème pour ce film, c'est l'absence de Mélanie Laurent (dont on n'aura aucune explication sur la disparition du personnage, ça fait un manque de suivie entre les deux films) et l'absence de la tout aussi excellente Isla Fisher (faut dire qu'elle était enceinte durant le tournage) paliées malheureusement par un personnage féminin sans intérêt et joué par l'horripilante et sans talent Lizzy Caplan.

Entre le premier volet et le second volet, on a perdu pas mal de chose. Alors que le premier volet avait été plutôt une bonne surprise malgré pas mal de défaut, ce second volet ne vaut pas grand-chose. Il n'y a rien de très surprenant, le film est incroyablement prévisible et il est très mal écris. Des vannes à deux balles à chaque coin de phrase et cela ne fonctionne absolument pas, des dialogues fades, l'écriture des nouveaux personnages totalement bâclé... Et le pire sera du côté de la direction des acteurs inexistantes et de la réalisation également très bâclée, à moins que vous aimiez des scènes aussi mal filmées qu'avec un portable, le cadreur qui tremble, des faux raccords tout le long du film... Mais on était prévenu car le film est réalisé par le tueur de saga qu'est Jon M. Chu (RIP G.I Joe première génération, RIP Jem et les hologrammes et certainement encore beaucoup d'autres victimes à venir). Direction des acteurs inexistantes, cela donne des acteurs en sous mais très sous-régime. Et à cela on se retrouve avec l'horripilante Lizzy Caplan qui remplace Isla Fisher dans un nouveau personnage, et une Mélanie Laurent aux oubliettes malgré la fin du premier film. On peut donc ajouter qu'il n'y a pas non plus un suivi entre les deux films.

1demi